Le Commingeois
artisanat-francais

 

Le Comminges & Le Commingeois

Les plus anciennes lames fines du Comminges datent du Magdalénien. Elles sont petites, en silex, et sont utilisées conjointement avec l’os de cervidé pour réaliser lances et harpons pour la chasse, le combat et la pêche.

A l’époque du Bronze ancien, le travail des pointes de lances est aussi très orienté vers la chasse et le combat et témoigne déjà d’une première maîtrise locale de la technologie du métal.

Le premier siècle de notre ère voit se constituer sous la férule romaine, la « Civitas Convenarum », ancêtre territorial,administratif et culturel du Comté de Comminges, qui s’étendait alors de Bagnères de Bigorre à Labastide de Sérou et de l’Isle en Dodon à Salardu.

Territoire riche en gisements de plomb argentifère, d’or,mais surtout de sel, de cuivre, et de fer qui étaient déjà exploités par les gaulois celtes,vascons et ibères, bien avant l’arrivée des romains.

Les nombreuses exploitations montagnardes du fer des premiers siècles témoignent après la christianisation et bien après la chute de l’Empire Romain de la présence de sanctuaires des religions locales du fer et de la chasse, avec leurs autels votifs et leurs dieux partiellement connus. Par la suite,au cours de l’histoire, plusieurs couteaux de renom furent fabriqués artisanalement en petite quantité dans ce territoire du Comminges, lequel fût soumis tardivement à la Couronne, puis divisé territorialement par les familles royales et le Comité Révolutionnaire de Division Territoriale au sein de trois départements et du Val d’Aran.

Si l’on voyait encore au XXème siècle des rémouleurs itinérants sur les routes du Comminges, il faudra cependant attendre l’année 2007 pour que naisse à Saint Pé d’Ardet, dans le cœur géographique de ce territoire, et dans la pensée de son créateur Richard LACANAL, l’idée de la fabrication du couteau « Le Commingeois ».

histoire-6

COMMINGES PASSION
3 rue Saint Bertrand
31500 TOULOUSE